Autour du monde avec ...

 
 

Journal de Bord du Cat Mousses

Récits de notre périple en Nouvelle-Zélande

 

Récit #10 

En cavale à travers la NZ

10ième et dernier  récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

06 fév 2010

On conduit les Binette à l'aéroport après un petit saut dans une boutique souvenir 

et après avoir aussi ramené le campeur (sain et sauf, cette fois avec la porte

intacte et toutes les coupes à vin).  :)   On se dirige ensuite vers New Plymouth 

où une dame nous dit qu'il fallait absolument voir le festival de lumières.  C'est

l'avant-dernier soir et elle avait raison, c'est fort joli.  Nous sommes contents

d'avoir pris la peine d'y aller.

07 fév 10

On décide de faire un dernier trekking avant de retourner au bateau.  On prend la

route pour le Mont Tongariro.  Les paysages sont magnifiques mais les routes

sont en tête d'épingle.  On s'arrête pour faire un pique-nique et l'appel de la

rivière est trop tentant, on s'offre une petite douche ou plutôt un bain glacial

en famille.  On passe ensuite au centre d'info touristique en vue de notre trekking. 

On fera le Tongariro Alpine Crossing, il s'agit de 19.4 km.  On se demande si

c'est trop pour les enfants car il y a trois grosses montées.  On décide de tenter

notre chance, ils sont solides nos " mousses ".  On fera 16 km le premier jour pour

ensuite passer la nuit dans une 'hut'.  On fera le reste du trajet, environ deux

heures de marche, le lendemain matin.

08 fév 10

07h30 AM :  René part pré-positionner la voiture à la fin de notre trekking, soit à

la ligne d'arrivée.  Il revient par la navette et on commence à marcher à 09h00 AM. 

On mettra six heures à parcourir les 16 km, comprenant les divers arrêts après les

remontées ainsi que le lunch.  Les vues sont magnifiques, on voit les volcans, les

cratères, les hot springs, la vapeur, les lacs vert émeraude, les coulées de lave et

roches de diverses strates aux diverses teintes.  C'est très  beau.  Il fait froid

quand on s'arrête mais on est bien équipés.  Il pleut légèrement à l'occasion mais

tout se passe bien et dès 15h00, nous atteignons notre 'hut'.  C'est super comme

endroit, les lits et matelas sont fournis ainsi que poêle au gaz et un chauffage au

gaz.  C'est parfait.  On a traîné nos douze sleeping bags, (polar et chinook), notre

vaisselle, nos repas, notre eau, nos 'goodies',  vêtements chauds et autres.  Nous

avons tous les six notre sac à dos mais avec la tente en moins, ça fait une bonne

différence.  On passe une belle soirée en bonne compagnie dans cette 'hut'.  C'est

la deuxième fois en deux jours qu'on rencontre d'autres navigateurs.  On n'en a pas

souvent croisé lors de notre périple dans les terres.  On rencontre aussi un groupe

de jeunes sautés.  Des moyens comiques!  Ces hurluberlus viennent d'Israel.  Ils nous

ont bien fait rire mais ils ont failli perdre trois de leurs confrères qui étaient

partis faire l'ascension jusqu'en haut du volcan.  Le brouillard s'est levé une fois

en haut et ils se sont temporairement égarés mais sont réapparus avec trois heures

de retard, à la brunante.  Leurs amis ont dû être heureux de les voir revenir.

09 fév 10

On termine la marche vers 11h00 AM et on donne un 'lift' à un Français et sa fille

(Philippe et Leila, 8 ans) qui ont fait la marche du matin avec nous.  On se gâte

et on se paye un lunch chez Burger Fuel " Les ingénieurs du Burger ".  Depuis le

temps que cet endroit nous tentait.  Après dîner, un saut à l'épicerie, quelques

appels téléphoniques et on reprend la route vers Auckland.  En chemin on s'arrête

pour cueillir des asperges, une autre belle expérience!  On s'enligne ensuite vers

un endroit pour un freedom camping gratuit avec douches, BBQ et tout.  Un endroit

avec des animaux de ferme où on était allés avec les Binette.  On retrouve l'endroit

de peine et de misère pour découvrir que l'accès est barré pour une activité

d'orientation qui s'y déroule.  Oups!  Plan B : Maukau Holiday Park (c'est complet). 

Plan C : Un motel (c'est complet).  Plan D : Un autre motel (c'est complet aussi). 

On a vraiment besoin d'une douche avant de retrouver le monde civilisé d'Auckland. 

Il est 21h15, on n'a toujours pas soupé et on continue de tourner en rond.  Je sens

qu'on ne mangera pas nos bonnes asperges fraîches ce soir.  Encore des chips pour

souper!  Haaaa non!  Reste à voir où on couchera et si on aura droit à notre douche. 

On s'est finalement rendus à l'option J, après avoir considéré 2-3 campings, 6-7 motels

et 2 parcs publiques.  C'est qu'il y a deux festivals à Auckland ce weekend!  On a

finalement opté pour un motel miteux, le seul qu'on a trouvé qui ne soit pas 'No vacancy'. 

Un lit simple pour 2 adultes et 1 lit double pour les 4 enfants (couchés dans l'autre

sens). Ce fut néanmoins, une nuit super confortable.

10 fév 10


On quitte le motel pour 10h00 AM.  Les gars passent tous chez le barbier, ce n'est pas un

luxe.  On passe ensuite sur Wasabi pour aller chercher nos choses et dîner avec Brian

et Isabelle.  15h30, on reprend la route pour notre destination finale, Whangarei.  On

est à la fois tristes que nos vacances soient déjà terminées et en même temps on réalise

notre chance.  On apprécie le bon temps que nous avons eu et surtout nous ne serons pas

fâchés de retomber dans nos petites affaires.  On n'a pu 20 ans pour vivre en Gipsy et

en bohémiens, dormir dans la voiture ou à même le sol dans une tente.  On va retrouver

les lits de nos cabines mais aussi l'école à plein régime mais, surtout, les travaux de

réparations par-dessus la tête.  On aura un temps fou à rattraper sur les e-mails, les

récits, l'admin et tout car je dois dire que pendant nos vacances on a complètement

décroché de l'ordi.  En tant que Bohémiens, les ordis étaient plutôt rares là où on

s'arrêtait pour dormir.  

Comme je dis souvent aux enfants : Work hard, Play hard!  On a trippé pendant deux mois

à voyager, maintenant est venu le temps de passer aux choses sérieuses car idéalement,

nous voudrions quitter la NZ à la fin mars.  Ca nous laisse donc un mois et demi de

travaux intensifs car dès le 23 fév on sort le bateau de l'eau.

C'est ce qui complète mes récits pour la portion de notre visite en Nouvelle-Zélande. 

Désolé pour les longueurs.  J'admets que c'était long pour rien et souvent un peu

ennuyant mais dans le feu de l'action c'est ce que j'avais rédigé dans mon livre de

bord et je tenais à le compiler avec le reste de mes récits.


Récit #9
En cavale à travers la NZ 9ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

On visite Classic Sheepskin pour voir comment on 'tan' les peaux de moutons. 

On déguste ensuite le vin du vignoble Te Awa.  Il pleut toujours alors on visite

ensuite Opposum World où on en apprend beaucoup sur ces animaux indésirables à la

fourrure sublime.  On décide ensuite d'aller jouer aux quilles mais comme il

pleut, la salle est comble, on passe donc au plan B, soit le cinéma.  Les enfants

vont voir Tooth Fairy et les adultes Invictus.  Tous ressortent enchantés et les

adultes encore davantage car dans ce film il est question de rugby, le sport

national de la Nouvelle-Zélande. On a la chance de voir les All Blacks en finale

contre l'équipe de l'Afrique du sud à  travers laquelle Nelson Mandela fondait

beaucoup d'espoir à rapprocher les deux clans (les blancs et les noirs) de ce

continent afin de réduire l'Apartheid. Je ne vous dit pas notre excitation lorsque

les All Blacks font, dans le film,  leur danse du 'haka' (cette danse guerrière)

avant la 'game'.  Depuis le temps qu'on tentait de danser la haka sans vraiment

le connaître et savoir de quoi on parlait. Ka Mate, Ka Mate, A Ora, A Ora.. Somme

toute, on n'était pas loin de la réalité avec nos improvisations.

02 fév 10


Encore des vignobles : Church Road et The Mission.  Après un copieux dîner de restants

dans le stationnement, on prend la route pour Levin.  Les paysages sont magnifiques

et on voit d'immenses surfaces de terre clairsemées d'éoliennes.  Une fois de plus

on peut voir la tendance verte et écologique des Néo-zélandais.  En effet, alors

que nous les Québécois, qualifions les éoliennes de pollution visuelle, les

Néo-zélandais, eux les appellent 'Wind Farm'.  Ils sont définitivement très portés

sur l'environnement.  Ca m'a fait penser à un point,  changement de sujet...  Il y

a une chose qui nous fait toujours drôle à voir ici, c'est le fait que dans une

ville aussi civilisée, se promener pieds nus dans les commerces mais surtout les

épiceries et les restaurants soit toléré.  Ca fait un peu drôle à voir parce qu'ici

en Nouvelle-Zélande, on se sent presque chez nous en Amérique du nord alors chaque

fois que je vois quelqu'un pieds nus à l'épicerie, ça me surprends toujours un peu.  

D'ailleurs, parlant d'environnement, chaque ville a son parc de structures de jeux

tous plus impressionnants les uns que les autres. Il y a des toilettes publiques

à tous les coins de rue, et ce d'une propreté impeccable dans 90% des cas.  Bien que

le 'freedom camping' ne soit pas encouragé, il est souvent toléré mais il faut

savoir choisir ses 'spots' et user de respect bien évidemment.  Les Binette ses sont

vite adaptés à notre nouveau mode de vie de Gipsy.  Nous avons fait une équipe du

tonnerre.  En 3 semaines, nous n'avons payé, en tout et partout, que  5 nuits de

camping si ma mémoire est bonne.  Le reste du temps on vivait tel des bohémiens,

sur la route.  Ca faisait une bonne différence sur les dépenses.  Eux dormaient

dans leur campeur et nous dans la Cat Mousses mobile ou parfois sous la tente mais

un ou deux de nos mousses étaient souvent invités dans la Binette mobile.  Les enfants

ont connecté dès les premiers instants après leur arrivée et ils se sont entendus à

merveille.  Ils ont eu un plaisir fou à jouer ensemble et ce malgré l'âge un peu

plus avancé d'Anne-Caro et Marc-André qui ont très bien joué leur rôle dans tout ça. 

Comme Kiki disait, voyager à deux familles de la sorte, présentait un certain risque

mais au bout du compte, nous avons formé un excellent 'match'.

Kiki et moi on se permet des matins de marche ou de course lorsque l'horaire et

l'endroit le permettent.  Des marches rapides à jaser comme des pies, le tout suivi

de baignades dans des bains thermals ou dans un lac. On s'est fait plaisir, on avait

beaucoup de 'placoting' à faire.  On a vraiment fait des vacances relaxes de famille. 

On a aussi commencé à penser à un concept pour notre prochaine rencontre du Club Sélect

et on s'est dressé un projet de couple pour 2015.

3 fév

On joue dans les structures de jeux de notre 'freedom camping'.  Les enfants ont des

petits défis pour nous les adultes et nous font faire toutes sortes de stepettes. 

On a encore des bleus et des cicatrices de ce petit matin.  Ils nous ont fait tourner

sur toutes sortes de balançoires, courir dans des roues à hamster. on n'a plus 20 ans ! 

Puis on a fait de la plage, question de donner un p'tit 'tan' à Bine avant son redéploiement

et ensuite on s'est trouvés un camping.  Ca ne court pas les rues les campings à Wellington.  

4 fév

C'est déjà l'heure du départ pour Bine. snif!!  De notre côté on s'est trouvés un camping

'Holiday Park' à Wellington.  On est dus pour une vraie douche, une douche chaude!  Les

enfants s'amusent,  c'est la fête à Antoine qui a 7 ans aujourd'hui.  On organise des jeux

et des petites compétitions amicales sous la supervision de l'animatrice en chef Anne-Caro,

une pro dans le domaine.  A la demande d'Antoine, on soupe avec les meilleurs 'Fish & Chips

en ville, suivi d'un petit gâteau et d'une chasse au trésor pour trouver ses cadeaux. 

Une belle journée et Antoine a été pas mal gâté par ses amis.

5 fév

On passe la journée au 'Te Papa Museum' de Wellington.  On passe une super belle journée

très instructive et remplie d'animation.  Il y a tout plein de jeux interactifs et mis

à part l'exposition sur Pompei et deux manèges dans des simulateurs, le musée est

entièrement gratuit.  C'est rare les choses gratuites de nos jours, surtout pour un si

bel endroit.  Ce jour-là en plus, il y a une 'game' de rugby des 'All Blacks'.  On

se croirait dans un carnaval.  Les rues sont bondées de jeunes déguisés venus des quatre

coins de la planète, l'ambiance est à la fête.  Ce soir on couche à Petone, au bord de

la mer et on se fait une épluchette de blé d'inde avec un petit champagne.  C'est le

dernier soir avec les Binette.


Récit #8

En cavale à travers la NZ

8ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

25 janv 10

On roule vers Rotorua et chemin faisant, on passe devant les vergers. On s'arrête 
pour cueillir prunes et pêches. Puis on procède à la livraison, en personne, de la
fameuse carte postale que l'on traîne depuis les Galapagos. Cette carte postale
ramassée à Bahia del Poste à Santa Maria, dans le baril empli de cartes postales
adressées à différentes destinations à travers le monde entier. Nous en avions pris
une pour la Nouvelle-Zélande et une pour l'Australie. C'était cette fois où on s'est
fait arrêter et escorter par une vedette de la police marine aux Galapagos, on nous
menaçait d'une amende de 2000$, BIG BIG PROBLEM, on nous répétait. Finalement, on
nous avait rendu notre liberté après une heure de pourparlers, car ils ne trouvaient
rien de suffisant à retenir contre nous qui n'avions fait que nous arrêter sur une
île pendant 20 minutes pour aller déposer et ramasser des cartes postales dans cette
boîte postale conçue pour les navigateurs à l'époque.
Donc. on trouve l'adresse postale de la carte postale, c'est une clinique vétérinaire.
On y entre en brandissant fièrement notre carte postale " special delivery "! On demande
à voir Rory, la fille à la réception nous regarde d'un air bizarre. Elle nous dit que
Rory est un chien et qu'il doit y avoir erreur. Non, non, ce n'est pas une erreur!
Finalement la fille fait le lien. Il s'agit du vétérinaire 'Brett', soit 'Brett the vet'.
Imaginez-vous que Brett est de retour au travail depuis ce matin même car il revient tout
juste d'un tour du monde d'un an, 'talk about timing'! On est abasourdis de la coïncidence.
C'est lui, lors de son passage aux Galapagos, qui a posté une carte postale pour son
chien Rory. Il nous emmène dans sa clinique, nous montre son chinchilla et son chien
Rory. Il nous interroge ensuite sur nos plans pour le reste de la journée. On lui dit
qu'on veut aller visiter un verger de kiwis. Il y en a un non loin de là qu'on peut
visiter pour la modique somme de 20$/adulte, un prix d'amis! Il nous dit non, non, non!
Je vais vous emmener à un endroit que je connais après le travail. Ainsi, il a fini son
PM de travail, pendant que nous avons emmené les enfants à la plage. René, Kiki et moi,
pour notre part, nous sommes adonnés à notre activité préférée: faire l'épicerie, tâche
que nous faisons aux 2-3 jours, car on ne peut pas garder plus de bouffe que ça à la gang
qu'on est. Nous avons bien apprécié notre visite des vergers de kiwis, ce fut très
éducatif et en prime, gratuit. Nous avons vu des kiwis, orchidées, citrons, limes, avocats,
tangelos et oranges. Nous sommes repartis les bras chargés d'avocats et de fruits. Bref
une belle visite!
26 janvier
On fait Wai-O-Tapu et ses geysers, bains de boue bouillante et bains de vapeur aux diverses
couleurs. En PM on fait de la luge puis on trouve un 'freedom camping' (gratuit) de rêve au
bord d'un superbe lac avec plage pour se baigner, il y a un parc de jeux gigantesque, des
BBQ à notre disposition, quoi demander de plus? Kiki et moi nous nous lançons dans les
chaudrons, grosse popotte, on mange des tacos ce soir. Changement de plan . burgers,
les BBQ sont trop tentants.
27 janvier
Petite marche du matin pour Kiki et moi, suivie d'un bain dans le lac. Nous sommes ensuite
partis pour l'Agrodôme où on a finalement vu nos moutons. On a assisté à un spectacle
comique où on nous a présenté diverses espèces de moutons ainsi que le tonte, ce fut
une activité très amusante et divertissante. On est ensuite allés s'installer dans un
camping de Waikite Valley où il y avait tout un assortiment de bains thermaux à différentes
températures. Magnifique comme endroit, un vrai petit paradis. Kiki et moi avons bien sûr
pris notre petite marche matinale de placotage le lendemain matin pour ensuite aller nous
tremper dans les bains qui ouvrent dès 05h00 AM, un pur délice!! On va visiter un village
Maori où on assiste à un de leur spectacle de danse. Puis on visite leurs aires de cuisine,
de bains, de repos et autre. Leur vie est (ou plutôt était) basée sur l'utilisation des eaux
thermales. Bien qu'ils aient maintenant toutes les facilités que l'on retrouve dans nos
maisons d'aujourd'hui, une bonne partie de leur subsistance est basée sur la chaleur
thermique. Ils laissent, par exemple, un chaudron à cuire toute la journée et au souper
le soir, tout est prêt, comme sur le principe du 'Crock Pot'. Dans les puits de vapeur,
d'où s'échappe la vapeur brûlante, ils sont en mesure de préparer des festins 'Hangi' pour
des centaines de personnes en un tour de main. Malheureusement, il nous a semblé que la
culture Maori s'efface peu à peu et qu'elle ne serve plus qu'à des fins touristiques.
29 janvier
Aujourd'hui, on pêche la crevette! On passe la journée à Huka Prawn Park. On a eu un fun
fou et nous sommes ressortis de là avec 19 crevettes (Wow!) qu'on a préparées à l'ail,
comme entrée pour le souper.
30 janvier
Kiki et Bine vont jouer au golf en amoureux pendant qu'on emmène les enfants jouer dans un
labyrinthe et un minigolf. Puis on se paye un luxe, un super Holiday Park, journée de
maintenance et de repos. Un petit lavage de temps en temps ça ne fait pas de tort. Là, il
y a des parcs, piscine, trampolines et tout, il y en a pour tous les goûts. 31 janvier La
nuit passée il a commencé à pleuvoir et depuis, ça n'a pas lâché. On arrête voir les chutes
'Huka Falls' mais on oublie le sentier pédestre et l'excursion. On va visiter un centre
d'info et de dégustation du miel puis on prend la route, juste au moment où une femme
s'approche de la route avec une pancarte pour la fermer pour cause d'éboulis. Fiou! On
est passés juste à temps, 30 secondes de plus et on ne passait pas! On l'a échappé bel
parce que depuis, la pluie n'a pas cessé, il y avait déjà une vingtaine d'éboulis lorsque
nous sommes passés et il a continué à pleuvoir de plus bel toute la nuit alors à mon
avis, ça ne doit pas être joli dans ce coin-là aujourd'hui. (Note : la route est
apparemment demeurée fermée pour près de 48 heures). Comme c'est la fête de Marc-André
aujourd'hui (il a 13 ans), on va souper dans un resto de poulet pour l'occasion.

Récit #7

En cavale à travers la NZ

7ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

23 janv 10


Le 17 janv en PM nous avons pris le traversier (de jour cette fois). Ca brasse
plus sur le retour que sur l'allée, même que ça brasse pas mal. Surprenant qu'on
n'aie vu personne être malade parce que même chez les Cat Mousses, certains cours
commençaient à être sensibles. De retour dans l'île du Nord, on clenche jusqu'à
Auckland pour être présents à la fête d'Isabelle le 18. Nous sommes allés avec eux
au restaurant japonais où la nourriture était préparée sur une plaque chauffante.
Tout un 'show' que les enfants ont longuement raconté dans leur journal de bord, on
a bien ri. Le 19 au matin (06h00 AM), Kiki et sa gang sont arrivés. La connection entre les enfants
s'est faite de façon automatique et depuis ils s'amusent comme des petits fous ensemble.
La première journée s'est passée sur la plage, puis le lendemain, dans le Centre Kelly
Tarlton's où on peut voir des requins, raies, pieuvre et milliers de poissons dans les
divers aquariums, dont un tunnel de verre. On peut aussi voir une colonie de pingouins
dans un climat antarctique et les voir nager. C'est très beau, pour les petits comme
pour les grands. Puis le lendemain, on joue une partie de minigolf en attendant l'arrivé
de Bine en PM. Les retrouvailles se font sous la pluie. mais vraiment sous la pluie,
on a d'ailleurs joué la majeure partie de notre 'game' de minigolf sous la grosse pluie
battante. Le gars à la réception (aux billets) nous a trouvé pas mal 'hard core' de rester. Bine avait l'air en forme. On l'a embarqué dans le campeur et zoom, on est partis vers
Whangarei parce que notre premier point de visite était Bay of Islands. Bine a accepté
l'offre de chauffeur inclus de René, question de se donner un petit 24 hrs de repos et
d'observation avant de commencer à conduire à gauche. A Whangarei on a couché dans le
stationnement adjacent à la marina. En fait, Kiki, Bine et Kim dans le campeur et les
autres sur Cat Mousses, il fallait bien laisser un petit peu d'intimité aux amoureux à
nouveau réunis. La famille Binette a son gilet officiel d'équipage de passage sur Cat Mousses. Bine,
n'ayant jamais vu Cat Mousses, a fait la grande tournée pendant que Kiki et moi faisions
une petite brassée de lavage. La pauvre petite Kim avait une vilaine grippe depuis son
arrivée mais ce matin elle a vomi par-dessus le marché. Nous sommes si heureux d'enfin
pouvoir passer un peu de temps avec notre filleule qui ne nous connaissait, à toute fin
pratique, qu'en photo. On l'avait vu quelques fois avant le départ mais elle était trop
jeune pour s'en rappeler. On a toujours vécu séparés par des milliers de km. Un amour,
notre petite Kim, on se gâte, elle est si attachante. Une fois à Bay of Islands, on a
pris le traversier et on y a passé la PM, très joli comme endroit. Nous sommes passés à
Kawakawa pour s'arrêter aux légendaires 'World Famous Toilets'. Des toilettes publiques
conçues et créées par un écologiste-architecte artistique du nom de Hundertwasser. On
s'arrête ensuite sur le côté de la route, c'est là qu'on soupera et dormira ce soir. 24 janv Aujourd'hui on a fait les chutes de Whangarei et Abbey's Cave question de faire voir les
fameux Glow Worms à la famille Binette. Nous nous dirigeons actuellement vers le Sheep
World. Enfin on va voir la tonte des moutons, plus à suivre. Oups, changement au programme.
En route vers le Sheep World, il y a un gros accident. On nous force à rebrousser chemin
car il y a au moins une heure trente d'attente avant que la route se dégage. On rebrousse
chemin mais quand Bine commence à se sentir plus fatigué, Kiki prend le volant du campeur,
c'est là que les choses se gâtent. Je vais laisser le soin à Kiki de raconter ses aventures
mais en gros, en voulant emprunter un pont, elle accroche un ti-peu le côté du campeur ce
qui laisse un ti-trou béant dans la porte. Encore chanceux que la porte n'aie pas arraché
complètement. Ainsi, en moins de 15 minutes au volant, trois coupes à vin sont d'abord
tombées pour voler en éclat et ensuite l'incident sur le pont. Pauvre Kiki, elle a bien
pris ça, en riant comme toujours, et soit dit en passant, je n'aurais pas fait mieux.
J'ai encore de la difficulté à conduire ma petite van entre les lignes de la rue. On n'a
pas réussi à se rendre à Sheep World mais au bout du compte on a couché, ce soir-là, dans
une espèce de ferme éducative avec moutons, cochons, paons, lapins, vaches et autres. Ca
nous a fait une belle activité de nous promener parmi les animaux alors que les hommes
sont allés faire l'échange pour avoir un nouveau campeur le lendemain matin. Une chance.
Kiki et Bine avaient le 'package' Premium. " Don't worry, it's all covered ". déductible
0.00$... fiou!!!! Le reste de la journée on fait route vers Hot Water Beach, on s'installe
dans le même camping que le 25 déc dernier. Après un souper rapide on est retournés se
tremper les foufounes dans l'eau chaude. Ils ont bien aimé leur expérience, on a eu beaucoup
de plaisir.

Récit #6

En cavale à travers la NZ

6ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

10 janv 10

On arrive à Christchurch, on va pique-niquer au parc (jardin botanique). Puis on


explore la ville à pied pour le reste de la PM. C'est une belle petite ville

étudiante. La rivière Avon est très romantique avec les saules pleureurs qui la

bordent et les petits couples qui se payent des tours de gondole. Ce soir-là, on

arrive au camping à une heure raisonnable. On en profite pour faire une pause

lavage/nettoyage. C'est un beau Holiday Park avec piscine, parc de rêve et tout.

On hésite. on monte la tente? Il vente à écorner les boeufs, le temps est à la pluie.

Après deux jours à dormir dans l'auto sur la route (sans frais) on se dit qu'un

petit luxe sera bienvenu. Quand les enfants reviennent du parc pour nous trouver

dans une cabine et qu'ils découvrent qu'ils auront chacun leur propre lit pour cette

nuit, ils sont fous brac!! Ha ces petits bonheurs de la vie! Plus tard dans la

soirée on se félicite de notre décision. On est installés bien au chaud à jouer à

des jeux dans notre cabine alors que dehors il pleut, il vente et on gèle.

11 janv 10 (Arthur's Pass)

Nous passons par cette magnifique route/passe pour nous rapprocher de Nelson et, par

le fait même, de la Able Tasman Coast Track où nous ferons nos préparatifs de départ

pour notre trekking de 4 jours.

Les paysages sont magnifiques, des rivières comme je les aime tant, et ce partout,

de part et d'autre de notre route. L'espèce de viaduc qu'ils ont nommé Arthur's Pass

est une construction des plus impressionnantes et un peu plus loin sur la route, on

passe sous une espèce de gouttière qui déverse une chute d'eau au-dessus des voitures

qui passent. Magnifique, ça valait vraiment le détour , ça vaut la peine d'être vu.

Ce soir-là on couche quelque part sur la route (gratuitement), ça se prend toujours

bien les nuits gratuites.

P.S. C'est décidé, j'ai avisé les miens: à ma mort, je désire une incinération et je

veux que mes cendres soient saupoudrées dans une belle rivière tumultueuse. OK, OK je

suis un peu sinistre ce matin mais quand même, je suis très sérieuse, c'est ce que je

veux.

12 janv 10

On arrive dès 10h30 à notre camping où on passera la journée à préparer nos sacs pour

le trekking. Ca fait beaucoup de choses à apporter: tout le 'kit' de camping, tente,

matelas, 9 sacs de couchage (c'est froid la nuit), brûleur, propane, chaudron, vaisselle,

4 jours de repas, 24 heures d'eau, les vêtements et tout. A 16 heures tout est terminé,

on n'a jamais été prêts aussi longtemps à l'avance. on s'impressionne nous-même. nous

les pros du dernière minute et 'flush on time'. On prend le reste de la journée pour

aller à la piscine avec les enfants, jouer aux échecs et on loue même un petit bolide

à pédaler aux enfants pendant qu'on se paye un spa. Un bon BBQ, une bonne nuit de sommeil

et nous voilà fin prêts.

13 janv 10
On commence le trekking à 11h00 AM. A notre première halte, après 45 minutes de marche,

on découvre qu'on n'a pas apporté les pilules pour purifier l'eau. Oups! On ne prend

pas de chance, on n'a pas acheté ça pour rien après tout. Donc la halte sera plus longue

que prévu. On débarque les sacs et pendant qu'eux dînent, je pars au galop chercher les

!$#%?!@&@?!*! de comprimés. Finalement en alternant le jogging et la marche rapide, je

réussis à refaire le trajet de 45 minutes en 40 minutes mais ce, aller-retour. Je

réapparais après 40 minutes (top chrono), j'avale un peu de pain et de thon et hop on

repart. On est mieux de s'en servir de nos pilules!

Première journée, on marche 11.5 km, on arrive au campement vers 16h30. On monte la tente,

on soupe et on fait nos étirements (il ne faut pas être courbaturés demain). Les enfants

sont gênés de leur mère et se sentent un peu beaucoup regardés lorsqu'on fait nos séances

d'échauffement et d'étirements mais c'est obligatoire et non discutable (comme dans l'armée)!

Non mais on peut sortir la fille du système militaire mais pas le militaire de la fille!

Ce soir-là on joue aux cartes en famille, par chance on a pris le soin d'apporter bien

des 'goodies' comme support moral, dont chips, peanuts, bonbons, chocolat, 3 Coke Diet,

3 bières et une bouteille de vin. Même tièdes, ces breuvages nous procurent notre petit

bonheur.

2ième jour :

On marchera 9.5 km aujourd'hui mais on doit partir après dîner seulement car, dès le début

de cette marche, il y a une traversée de cours d'eau à faire et la marée n'étant basse

qu'à 16h00, on ne peut pas partir avant 14h00. On arrive vers 18h00 à notre campement.

Ici c'est plus tranquille qu'hier soir, où il y avait un groupe de kayakistes qui ont

fait la fête jusque tard dans la nuit. Vers 21h45 ce soir, quelqu'un décide de nous faire

une petite prestation de cornemuse, juste au moment où on entre dans nos sacs de couchage.

On a bien ri, tu aurais aimé papa! Les enfants font ça comme des grands. Ils ont des sacs

pas mal pesants pour faire de si longues marches mais ils ne se plaignent pas ( très peu

du moins) et marchent sans relâche. Ils n'ont pas d'ampoules (Dieu merci) et font ça comme

des champions. La température est parfaite, environ 21 degrés et pas de pluie. Il y a

vraiment un Dieu pour nous car avant cette marche il a dû pleuvoir tous les jours pendant

plus d'une semaine et on gelait. Vraiment tout est parfait!

3ième jour :

Toute une journée celle-là! On part vers 10h30, il fait plus chaud un peu aujourd'hui et

on a 14 km à faire. On fait notre petit chemin, ti-train va loin, mais les enfants la

trouvent plus pénible celle-là. A une heure de notre arrivée, on décide de poursuivre

et de traverser le cours d'eau car c'est justement la marée basse et si on attend à

demain matin pour le traverser, ça signifiera de se réveiller à 05h00 AM pour paqueter

la tente et notre 'kit' et partir en panique. Même à ça, on aurait quand même traversé

deux heures après la marée basse et à cet endroit les marées ont un gros coefficient et

les courants sont forts. Notre décision n'est pas très populaire mais nos troupes suivent

quand même. On arrive à destination à 18h30, vannés mais contents. Nous sommes surtout

pas mal fiers des enfants, ils sont 'tough'. Catherine a un début d'ampoule mais elle ne

s'est pas plainte du tout. Le soir avant de se coucher on se fait des massages.

4ième et dernier jour :

On quitte à 09h15, on a une heure de marche à faire puis deux heures en bateau avec le

water taxi qui nous ramasse à 10h30 AM et ensuite un autre 50 minutes de marche, soit

une petite journée de 5 km. Les troupes sont extra motivées, la vitesse décuple. Les

enfants sont sur le mode turbo ce matin. Nous avons surtout apprécié le tour de bateau

au cours duquel on nous a emmené voir des phoques (fur seals) et pingouins. Le pilote

du water taxi nous a aussi emmené dans la baie où nous avons marché à marée basse hier

en fin de journée. Effectivement, il est difficile de croire que c'est là qu'on a traversé.

Il n'y a pas la moindre parcelle de terre, l'endroit est méconnaissable. La baie est

complètement recouverte et on y passe en bateau. A 13h00 notre périple de 4 jours se

termine. Près de 45 km de marche! Après un bon dîner au 'Mc Do' c'est rare qu'on va là,

on fait faire des certificats pour les enfants puis on se dirige vers Picton. C'est déjà

demain qu'on prend le traversier pour retourner dans l'île du nord. On a adoré notre

voyage dans l'île du sud. Le climat, les paysages, la végétation, tout variait tellement

d'un endroit à l'autre. De retour dans le nord de l'île du sud, nous avons été éblouis

par la beauté des champs d'agriculture. Il y a ici un micro-climat et on retrouve des

champs de vignes, pommes, poires, pêches, cerises, nectarines, oranges et kiwis à perte

de vue. Tout est savamment enligné, droit, bien taillé et entretenu. C'est irréel tant

tout est impeccable.

P.S . 15 minutes avant de finir la marche, René est tombé et s'est foulé la cheville.

Il a continué sa route mais là il boîte de plus en plus. Espérons que ce ne soit pas

trop grave. Il a la cheville deux fois plus grosse que l'autre. (Finalement sa cheville

sera rapidement remise sur pied).

Note : Au quatrième matin de notre marche, nous avons vu notre première pluie, une petite

bruine très légère. Assez pour tremper la tente mais rien pour nous incommoder, car ça

s'est rapidement estompé. Tout ça pour dire que nous avons eu une chance inouïe de pouvoir

marcher au sec pendant quatre jours car depuis notre retour, il y a de la pluie sans cesse.

Récit #5

En cavale à travers la NZ

5ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

7 janvier 2010


On se rend à Nugget Bay pour observer les lions de mer et nous avons la chance d'apercevoir

deux pingouins aux yeux jaunes, la plus rare espèce de pingouins au monde. Nous apercevons
tour à tour, 2 pingouins qui dévalent la falaise en sautant à pieds joints. Une fois en
bas ils se dandinent et avancent dans le sable de leur air pataud et lourdaud pour rejoindre
la mer. De là ils prennent leur élan pour se faire glisser à plat ventre et disparaître
sous l'eau. Ensuite on s'arrête pour se cuire des nouilles Satay sur lesquelles on dépose
des crevettes tempura que j'ai d'abord fait griller. Pas mal pour un dîner sur le pouce
préparé sur le bord de la mer, juchés dans le haut d'une falaise. On rejoint ensuite Dunedin, cette ville étudiante très charmante. On y voit la célèbre gare
de train, le 'Boys High School' et la rue Baldwin, la rue la plus à pic du monde selon
le livre des records Guiness. Puis on se paye des Fish & Chips dans une petite 'shop'
recommandée dans un guide touristique. Ils sont très forts sur le 'take out' les Néo-Zélandais.
On est allés manger nos Fish & Chips au jardin botanique puis on s'est payés un autre luxe: un
film de famille au cinéma. En sortant de là il pleuvait encore. Tant qu'à payer pour dormir
dans l'auto, on se paye un 'cabanon', c'est-à-dire une unité dans un 'Holiday Park'. C'est
une unité pour trois personnes, un lit deux étages (double en dessous et simple en haut).
On a dit à la réception que nous étions 4 et ça a tout pris pour qu'ils acceptent de nous
louer cette unité. c'est beaucoup trop petit pour 4 personnes disaient-ils. On n'a jamais
si bien dormi depuis le début du voyage. A deux adultes dans un lit simple et quatre enfants
dans un lit double, pourquoi pas! 8 janvier 2010Tojours à Dunedin, on trouve un endroit où faire réparer la van, espérons que ce ne soit pas
la compression ou le moteur qui font que l'auto ne vient plus à bout de partir le matin.
On passe la journée à fouiner en ville en attente du véhicule. Il pleut, même qu'il grêle
par moments. Les Néo-Zélandais ne comprennent pas ce qui se passe. El Nino qui fait des
siennes encore! On visite la manufacture de chocolat Cadbury, on fait un peu d'internet,
je fais des appels sur Skype pendant que René fait des e-mails. On fait un peu d'admin,
des photos, du magasinage et René finit par capituler à aller manger dans un 'noodle shop'
pour dîner. Ca faisait si longtemps que j'avais le goût d'essayer ça. Le seul problème
c'est que plutôt que prendre des 'noodles', j'ai choisi de commander du riz frit. Je ne
comprends pas pourquoi mais René était 'Fru'! Nouilles. riz. c'est pareil non? 500$ plus
tard on récupère enfin la voiture et pour tout dire on est soulagés de s'en sortir à si
bon compte, surtout que c'est vendredi PM et qu'au moment de payer, on découvre qu'ils
n'acceptent pas la carte de crédit. René court au guichet. insuffisance de fonds!
Quoi? On ne sait plus quoi faire, il est 17h00, le garage attend après nous. Comme
tous les Néo-Zélandais ils nous disent de relaxer, c'est pas grave, vous reviendrez demain
glisser une enveloppe d'argent sous la porte. je ne suis pas sûre qu'on possède cette
confiance aveugle au Québec. Bref on a attendu jusqu'à 18h00 (soit minuit au Canada),
puis on a ré-essayé le guichet et il a craché l'argent que nous sommes allés porter en
courant aux mécaniciens qui prenaient une bière tranquilles dans leur 'shop'. Fiou!!! Au moment de quitter, qui ne voit-on pas apparaître au milieu de 'nowhere'. Jacques et
Josée. Non mais il faut le faire! Ouf on en a long à se raconter après deux jours sans
se voir. On se raconte nos péripéties respectives puis on se sépare à nouveau. Ce soir
on va voir les Boulder Rocks à Moeraki, tout un phénomène de voir ces roches qui semblent
être des morceaux de roches qui s'emboîtent tel un casse-tête pour former une boule
parfaitement ronde et lisse. 9 janvier 2010Ce matin, 06h40 AM, réveil brutal! Nous avons dormi dans la voiture. Antoine me réveille.
il a fait pipi au lit (dans l'auto). C'est pratique encore mouiller son 'sleeping bag' en
camping sauvage! Il faudra s'arranger, le temps qu'on arrête dans une endroit civilisé. On
part ensuite vers le Mont Cook où on fait deux belles petites excursions de trekking d'environ
une heure et demi chacune. Il fait froid, c'est le moins qu'on puisse dire mais les paysages
sont magnifiques et ça valait vraiment le détour, c'est majestueux. On a vu notre premier
opossum (vivant) et . des icebergs. des vrais. On a terminé la journée avec une visite du
musée de l'hôtel Hermitage ou plutôt du centre alpin de Sir Edmund Hillary (premier homme à
réussir l'ascension du Mont Everest).
On repart ensuite avec l'intention de rouler jusqu'à Christchurch car nous sommes le 9 janvier
et le 12 nous devons être à Nelson pour nous préparer pour notre excursion de 4 jours sur la
Able Tasman Track. C'est là que les choses se gâtent. La voiture se met à sautiller bizarrement.
Ca ne ment pas, ça ne peut être qu'une crevaison. On s'arrête sur le bord de la route, il est
19h00, un samedi soir. Finalement, il s'avère que c'est plus qu'une crevaison, le pneu est
fini, le ceinturé d'acier sort du caoutchouc. On trouve le 'cric', la roue de secours et les
outils, on change la roue. Comble de malheur, ce pneu n'est pas gonflé à moitié. On repart,
on roule à 8 km/h, espérant pouvoir trouver une station service où gonfler ce pneu. On réussit
à rouler environ 30 km quand on entend à nouveau un bruit bizarre. à 1 km de la ville la plus
proche. Cette fois, le pneu de la roue de secours est sorti du 'rim', on ne peut pas aller plus
loin. Pas de cellulaire, un samedi soir et il n'y a pas un chat sur cette route déserte du bout
du monde. René enlève le pneu de secours et part en ville en marchant mais finalement une voiture
passe et l'embarque. On le voit réapparaître quelques trente minutes plus tard avec John, le
mécanicien du coin. Où il l'a déniché en ce samedi soir 20h30. God knows! Ils reviennent chercher
les pneus à réparer et repartent. plus à suivre. advienne que pourra.
Finalement, John nous a déniché 2 pneus (de marque différente, à peu près de la bonne grandeur)
dans le fond de sa 'shop' et il nous a même donné une roue de secours pour remplacer l'autre.
Non mais il faut quand même être béni des Dieux pour réussir à trouver un mécanicien un samedi
soir. Il a travaillé jusqu'à 22h00. Il ne s'est pas obstiné quand on lui a offert une 'tite
frette' une fois le travail terminé. On est repartis et on s'est arrêtés sur la route non loin
de là pour dormir, encore une fois sous la pluie battante. Il fait vraiment une température
anormale cet été en NZ. L'autre jour la température est descendue à 5 degrés C. Il y a deux
jours, il a grêlé plusieurs fois en PM. Surprenant! Mais il parait que dans l'île du Nord
il fait une chaleur incroyable. Plus à suivre.

Récit #4

En cavale à travers la NZ

4ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

6 janv 2010


Ce matin on se gâte, on se paye un tour d'équitation en famille sur une ferme.

Ils ont 42 chevaux, 700 moutons, 700 brebis et des vaches. Même Antoine avait

son propre cheval. On en a profité pour poser plein de questions quant aux

différents élevages. C'est aujourd'hui que notre chemin devait se séparer de

celui de Jacques et Josée. Alors que nous filions directement vers Dunedin, eux

poussaient plus au sud vers Invercargill, ou du moins tel était le plan. On

n'a pas pu résister, on a changé nos plans, on ne pouvait se résoudre à ne pas

tout voir, on est donc descendus sur la route panoramique vers la ville la plus

au sud, soit Invercargill. Une fois sur place toutefois, on a décidé de continuer.

On a fait le tour de la ville rapidement, c'est une ville très semblable à

Whangarei. Ce soir on va coucher dans un camping sauvage (DOC site (Department

Of Conservation)), à Niagara dans le parc des Catlins.

Changement au programme. Niagara et ses fameuses chutes ce n'est pas annoncé nulle

part et c'est tellement petit qu'on est passés droit devant sans voir les chutes

(qu'on verra finalement le lendemain, elles ne sont pas très grosses, c'est plus

une blague que d'autre chose). Il pleut, il fait froid, on a beau dormir dans l'auto.

il reste qu'il faut souper et cuisiner dehors à la pluie. On dirait que ça nous

tente moins ce soir. On considère presque prendre une chambre de motel miteuse.

un prix d'ami . 150$ pour deux personnes plus 15$ par enfant. mais ça ne règle pas

le souper. On aperçoit une cabane à patates sur le bord de la route. On se paye

une traite, pogos, burgers et frites s.v.p. C'est délicieux et ça coûte des peanuts.

Dans la cabane à patate il y a une petite affiche qui annonce que les 'Housies'

recommenceront à partir du 6 janv au centre communautaire. Qu'est-ce qu'un 'Housie'

demande-t-on car nous sommes justement le 6 janv.

C'est une forme de bingo nous dit-on et le centre communautaire est justement devant

la cabane à patates. On mange donc dans l'auto et à 20:00 PM on rentre voir si on

peut jouer au 'Housie'. On achète nos cartes, on emprunte des tampons à bingo et

on s'assoie. Je vais voir une grand-maman qui m'a l'air fort sympathique pour lui

demander comment ça marche. Elle m'explique. On installe les enfants, deux personnes

par tampon et notre plan est de traduire les chiffres à Antoine à mesure. Plus

organisés que ça tu meurs! Je nous fais presque penser à nos bons amis Karine et

Boutch, les 'masters' de l'organisation! On est prêts, ça commence! Un monsieur

commence à 'Caller' les numéros (pas l'orignal). On ne comprend rien de ce qu'il dit.

Il part : ' 2 - 6 twenty six, unlucky for some thirteen, pair of legs eleven, top

of the shelf ninety, double 7 seventy seven, 4 - 6 forty six, 1-2 twelve a dozen',.

et ça défile à 200 miles à l'heure et ce tout dans un même souffle. On manque la moitié

des chiffres, il ne faut pas tousser, cligner des yeux, il faut toute notre attention.

Une vraie farce, on pouffe de rire (le plus discrètement possible)! C'est difficile

à décrire, il fallait être là pour le voir, et la vitesse à laquelle défilaient les

chiffres c'est une chose mais je ne parle pas de l'accent ici! L'accent néo-zélandais .

ailaillaille! Ca prend un décodeur! Les enfants sont bons pour imiter l'accent. Donc

notre super plan de jeu vient de foirer. il faut trouver une nouvelle stratégie.

René et moi prenons les cartes de jeu de Nicolas et Antoine et eux nous aident à gérer

nos deux cartes. Thomas et Catherine jouent seuls. On a fini par s'habituer et les

enfants aussi et on a même gagné 4 fois : Nicolas 2.50$, Catherine, Thomas et moi 5$

chacun. Donc pour une soirée qui nous avait coûté 30$ on a regagné 17.50$. On a

tellement ri.mais surtout on aurait tellement aimé avoir Jacques et Josée avec nous encore.

On aurait eu tellement de fun dans cette aventure. Une journée mémorable, équitation

et Housie dans la même journée!

A notre sortie de la salle communautaire, branle-bas de combat, on s'est installés

'drette' dans le 'parking'. C'est ici qu'on dort ce soir. Comment on organise notre

compte pour dormir à 6 dans cette petite van? On ne la comprend pas encore! Mais on

déplace tous les bagages, on baisse les bancs, on sort les sleepings et les oreillers,

on replace les bagages et la tente un peu partout et on se couche. et le pire c'est

qu'on dort comme un charme. Une vraie gang de Gigabou! Ha j'oubliais. la glacière

ne 'fit' pas dans notre 'set up'pour la nuit alors on la met sur le toit de la van.

Somme toute, notre nouveau mode de vie de bohémiens ambulants nous plait énormément.

Mais ça n'arrive pas à la cheville des cyclistes que nous croisons parfois. Ils

sont chargés comme des mulets et pédalent jour après jour bravant les montagnes et

la pluie. Wow! Je leur lève mon chapeau, tout un défi. Ca c'est des vrais! Et je pense

ici à Catherine et Rémi. Ca les connaît le cyclisme eux. et avec des bébés par-dessus

le marché!

Je pense que pour la deuxième partie de notre voyage, nous allons mettre l'accent sur

ce genre de camping gratuit. Payer 55$ pour dormir dans l'auto. on s'entend que ce

n'est pas nécessaire. Avec Kiki et Bine qui arrivent bientôt (ils sont une famille

de 6 aussi), nous allons adopter le mode bohémien davantage et il ne fait aucun

doute qu'ils seront d'accord. De toute façon, ils ont loué un campeur.

Pour terminer, j'aimerais spécifier que bien qu'il pleuve souvent, ça ne dure jamais

bien longtemps. C'est bizarre, ça change du tout au tout, à tout moment de la journée.

On traîne un manteau ou une veste qu'on enlève et qu'on remet à longueur de journée.

Récit #3

En cavale à travers la NZ

3ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ


2 janv 2010


On s'arrête à Wanaka pour visiter Puzzling World avec ses illusions

optiques de toutes sortes et son labyrinthe. On s'y est bien amusés. René

et Thomas ont relevé le défi le plus difficile du labyrinthe et l'ont complété

en 39 minutes alors qu'on alloue en général entre 1 heure et 1 heure et demie

pour compléter ce défi. Ils étaient fiers d'eux. Après un copieux picnic au

lac Wanaka, on a dû, à regret, laisser partir Pat, Sam et Elizabeth qui ont

décidé d'amorcer dès maintenant leur remontée vers le nord. Ils voulaient

commencer à remonter tranquillement pour ne pas être pressés et ils avaient

le goût d'un peu plus de chaleur avant de retourner au froid de Yellowknife.

Inutile de dire que ce moment a été émotionnel et Elizabeth, qui pleurait à

chaudes larmes, nous brisait le coeur.

3 janv 10

 Nous sommes à Queenstown, superbe ville faite sur mesure pour les

touristes, mais d'un cachet exceptionnel. Ce matin on profite de notre camping

pour faire un peu de lavage (après tout ce temps sur la route depuis le 23 déc,

ça ne fait pas de tort). Puis on décide d'aller voir un film 'Sherlock Holmes'

car le temps est à la pluie. A notre sortie du cinéma, le soleil est au rendez-vous.

Jacques et René font un brin de mécanique parce que depuis quelques temps,

la Cat Mousses mobile fait son 'temps' dans les routes montagneuses. Elle chauffe

dans les montées trop abruptes. Les gars installent un système pour faire partir

le ventilateur manuellement quand le moteur se met à chauffer. On part ensuite

faire de la route et se rapprocher de Milford Sound où on espère faire un peu de

trekking car on a dû, à regret, pour raison de pluie abondante, annuler celui

de la Copeland Track, qu'on devait faire avec mon frère quelques jours plus tôt.

 Les paysages deviennent de plus en plus désertiques. On vient de croiser

la capitale du cerf de la Nouvelle-Zélande. On n'en voit jamais en liberté, mais


par contre, il y a des pâturages d'élevage de cerfs en plusieurs endroits. On a

remarqué, toutefois, qu'on ne voit jamais de cochons. D'ailleurs, le bacon en

Nouvelle-Zélande est tout-à-fait hors prix dans les épiceries. On se demande

pourquoi mais notre déduction est qu'il ne serait pas surprenant que la rareté du

porc relève du fait que ce type d'élevage ne cadre pas avec les paramètres

écologiques des Néo-Zélandais. Il faudra s'informer à ce sujet.

4 janv 10 - Milford Sound

 Que c'est beau Milford Sound! Nous aurions bien voulu y faire du trekking

mais il y a un quota d'imposé en cet endroit. Si ma mémoire est bonne, ils

n'acceptent qu'une limite de 100 randonneurs à la fois sur la track. Tant et si bien

qu'il n'y a aucune ouverture avant avril 2010. On est arrivés ici hier soir pour

découvrir qu'il n'y a ni épicerie, ni gaz, ni eau nulle part ici. On s'est arrêtés

dans un camping sauvage près d'un lac. Il ventait à écorner les boeufs. Je vous

dit qu'il y avait pas de moustiques là! Partout il y a de hautes montagnes enneigées

et tout en bas des montagnes, coulent des rivières d'eau glacée. Les kayakistes y

seraient au paradis. Milford Sound est à son plus beau quand il pleut car ça créé

des cascades d'eau partout sur les flancs de montagne. On a refait le plein d'eau

dans une rivière d'eau glacée ce matin. Nous avions prévu le coup avec nos pilules

pour traiter l'eau. On s'est fait des genre de nouilles style 'Cup a Soup' sur une

table à picnic pour dîner avant de poursuivre notre exploration. Cet PM les enfants

ont pu toucher à leur première neige depuis notre départ du Canada. Ils ont fait du

surf, glissé, pelleté et ils ont bien ri. On arrête partout et on prend tout plein

de photos. Ce jour-là, ce que je préfère par-dessus tout, ce sont les ponts suspendus

surplombant les rivières aux eaux tumultueuses.

5 janv 10

 Hier à Miford Sound l'alternateur de la Love Mobile de Jacques et Josée a rendu

l'âme. Résultat, on doit maintenant se mettre à la gang et pousser le véhicule pour

le partir sur la compression. Nous sommes retournés vers Te Hanau espérant que nous

pourrions faire réparer aujourd'hui. La chance nous a souri et Jacques a trouvé un

endroit pour faire réparer ce souci. Nous sommes ensuite partis faire une marche de

9.5 km sur la Kepler Track, une belle randonnée qui longeait la rivière. Au retour

la voiture était prête et la facture 3 fois moins salée que prévu. Fiou!!

 De notre côté, avec l'aide d'un mécanicien, nous avons enfin pu localiser

le 'dip stick' (sous mon siège), afin de vérifier le niveau d'huile. Nous éprouvons

aussi certaines difficultés à partir notre véhicule diésel le matin depuis quelques

jours. Rien de grave. après 64 tentatives chaque matin, le moteur finit par partir.

dans un nuage de fumée et de crachotage. Nous pensons (espérons) que ce sont les

'glow plugs' mais comme ils n'avaient pas les pièces à Te Hanau, ça devra attendre

encore un peu. Ce soir on s'arrête dans un Holiday Park. On essaie d'alterner entre

les campings sauvages sur le bord de la route et les campings de genre Holiday Park

car ici les campings ça n'est pas donné! Le coût est par personne, soit 15 à 22 dollars

par personne en moyenne, plus les enfants (moitié prix). Si on fait un petit calcul

rapide, pour un camping de 20$(la moyenne), il nous en coûte 40 pour les adultes plus

40 pour les enfants, soit 80$ la nuit! Ca monte vite, surtout que 80% du temps on ne

prend même pas le temps de monter la tente et on dort directement dans la Cat Mousses

mobile. Ca sauve du temps et c'est moins froid. Les Holiday Park ils font la passe

pas mal, au prix qu'ils chargent, car en fait, la majorité des gens ne s'y arrêtent

que tard la soir pour dormir. On y soupe tard, (21h-22h), puis on se couche et dès

10h00 AM il faut avoir quitté (check out time partout). Mais une bonne douche ça

fait du bien une fois de temps en temps et les Holiday Park offrent tout le confort

rêvé. Poêle, frigidaire, congélateur, BBQ, douches luxueuses avec petite musique

d'ambiance, séchoirs à cheveux et tout. Des cabines/unités de motels sont aussi

disponibles dans ces endroits. Environ 95% de la clientèle est constituée de couples

sans enfants. Tout est pensé pour deux alors pour une famille de 6, les coûts montent

vite, mais on s'organise. Hier soir on s'est payés un petit sauna avant de se coucher.

Récit #2

En cavale à travers la NZ

2 ième récit récapitulatif de notre périple de camping en NZ

28 déc 09


La traverse de Wellington à Picton s'est déroulée comme un charme et nous

sommes arrivés à 03h00 AM tel que prévu. Bien que nous ayons dormi lors de la

traversée, nous nous sommes trouvé une halte routière pour finir notre nuit une

fois à Picton. Au réveil, Jacques qui jouait une petite partie de soccer amicale,

s'est tordu un ligament ou simplement étiré un muscle dans la jambe (note :

Finalement il mettra une couple de semaines à s'en remettre la pauvre. Heureusement

que ça s'est replacé!) Au petit matin nous avons croisé sur la route, une plantation

de cerisiers et sommes arrêtés cueillir nos propres cerises. Je ne pensais pas un

jour cueillir des cerises. Nos étions comme des enfants à nous bourrer la face

dans les cerises. Ce soir-là, à Nelson les enfants ont fait de la 'surf' sur la

plage. Elizabeth était pas mal bonne.

29 déc 09

 Une petite 'game' de mini golf puis on est allés déguster du vin dans un

vignoble. On s'est ensuite rendus dans le parc de Paparoa , Pat et Sam se sont

pris une chambre dans cet espèce de motel/camping tenu par des Allemands. On

s'est payés une pizza et on s'est entassés à 11 dans leur chambre avec Jacques et

Josée pour souper et jouer aux cartes. On n'étaient pas fâchés d'être à l'abri de

la pluie, pour notre part on a couché dans l'auto cette nuit-là.

30 déc 09

 Visite des 'Pancake Rocks' et du 'Blow Hole' de Paparoa. Le temps est à la

pluie mais les vues sont magnifiques. On couche sous la tente à Okorito près des

glaciers et ce pour les deux nuits à venir (Une première! 2 jours à la même place!)

31 déc 09

 On visite le Franz Josef et le Fox Glaciers. C'est devant un feu (notre premier

feu de camp en NZ car c'est banni partout ailleurs), donc c'est devant ce feu que nous

défonçons l'année avec les enfants sur le coup de minuit avec champagne, grignotines et

sucreries. Les enfants s'en sont donnés à coeur joie et ont fait les clowns pas mal, on

a d'ailleurs Antoine en vidéo pour une prestance d'opéra.

01 janv 2010

 On commence la journée en se préparant un succulent brunch du Jour de l'An avec

mimosa (champagne jus d'orange), il ne manquait que les rigodons. On reprend la route

et on s'arrête à Bruce Bay pour laisser notre marque avec des Inukshuks personnalisés

de notre propre conception. On passe à Haast Pass, un pont surplombant une magnifique

rivière dont les eaux sont d'une force impressionnante. Parlant de pont.De un il faut

savoir que la plupart des routes sont des voies simples qui se rencontrent (sans terre-

plein pour les séparer) et de deux, les ponts sont, pour la plupart, des ponts à voie

unique. Il faut donc attendre notre tour à chaque pont que l'on rencontre. On s'arrête

dans le parc National du Mont Aspiring et on se fait des fettucini Carbonara comme souper

du Jour de l'An. Je dois dire qu'avec la pluie battante, le froid et le vent glacial

des montagnes enneigées qui nous entouraient, on se sentait un peu misérables. Mais

malgré tout on a bien ri et le moral était bon. Mon frère nous avait prévenus, une semaine

à l'avance, de penser à notre moment fort de l'année, moment que nous avons partagé à

travers rires et larmes ce soir-là. Nous avons dormi dans les voitures cette nuit-là.