Autour du monde avec ...

 
 

Journal de Bord du Cat Mousses


Derniers textes ajoutés sont en ROUGE


 

Dimanche 07 Octobre , Dernier Journal de Bord


29 sept 2013, Gatineau, Québec

Récit FINAL

 

 

Le retour à la vie de terrien  

 

Tel que promis,  pour ceux qui visitent encore notre site, voici une petite mise-à-jour sur notre nouvelle vie de terriens. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis notre retour du 13 juillet dernier.  La montagne semblait un peu haute à gravir,  mais comme dirait une de mes amies, un éléphant ça se mange, en autant qu’on procède une bouchée à la fois.  

 

Nous sommes présentement en route vers Montréal, pour une entrevue télévisée à Radio Canada pour l’émission ‘Alors on jase’ avec Elyse Marquis et Joël Legendre, émission qui sera diffusée le 5 novembre prochain. Fidèle à mes anciennes habitudes du bateau, je profite de ce temps (sur la route et non sur la mer) pour vous remettre à jour. 

 

Nous y sommes allés progressivement, un dossier à la fois.  Tout d’abord, la vente du bateau:  nous avions 4 jours pour préparer le bateau pour l’inspection de l’acheteuse potentielle américaine.  Quatre jours, c’est vite passé pour vider sa maison flottante de tous ses effets personnels accumulés depuis 5 ans, puis nettoyer réparer et remettre le bateau tout beau tout propre. Heureusement que nous avions  l’aide précieuse de nos proches. Un merci tout spécial à mes parents qui ont passé la semaine avec nous à vider, emballer, laver, frotter... ainsi qu’à Vincent et Gaby qui faisaient la navette pour transporter nos boîtes chez eux. 

 

L’acheteuse nous est arrivée de la Californie pour être sur place lors de l’inspection du bateau, tout s’est déroulé comme un charme et très rapidement la transaction de la vente fut complétée. Restait à livrer le bateau au Lac Champlain (tâche dont s’est acquitté René en compagnie de mon père et un ami à lui (François de Magog)). Ensuite, René est reparti pour 5 jours pour aider l’acheteuse à naviguer vers New York, le temps qu’elle soit confortable avec son nouveau bateau, mais surtout d’aider à la réinstallation du mât. 

 

Pendant ce temps… Les enfants ont pris l’autobus vers Montréal pour aller se soumettre à une séance d’examens du Ministère chez notre ange de professeur, notre chère Aline. Cette dernière nous a fourni un bulletin pour chaque enfant, chose qui allait se révéler fort utile lors des inscriptions scolaires. Thomas et Catherine ont ensuite entrepris (grâce aux contacts de parents et amis) de faire du bénévolat comme aide-animateur/trice dans des camps de jour pendant quelques semaines en Outaouais,  ce qui a grandement accéléré leur intégration sociale. 

Au travers de toutes ces activités, se sont insérées plusieurs entrevues avec les médias: dont une pour la chaîne télé MaTV avec les Eclectiks, mais aussi Salut Bonjour ainsi que diverses émissions radiophoniques. 

 

Puis un après-midi, nous avions comme mandat de nous trouver une voiture.  Les enfants avaient fait pour nous les recherches sur internet, alors le dossier fut clos en quelques heures à peine. Ensuite nous avons vu au volet social (très élevé dans la liste des priorités). Nos amis américains de Chicago (du bateau  Imagine, eux-mêmes revenus d’un tour du monde de 4 ans l’an dernier), sont venus nous visiter à Québec. Ceci suivi d’une rencontre avec notre gang de chums,  pour entre autre souligner le départ de nos amis Jinny et Martin pour un périple (avion et sac à dos) d’un an autour du monde.


 

Il fallait ensuite nous trouver un chez-nous.  Merci à tous ceux qui nous ont permis de ‘squatter’ chez eux cet été! Nous n’avions toujours pas de travail, mais malgré tout, nous ne voulions plus attendre, il fallait nous trouver un pied-à-terre pour pouvoir, entre autre, procéder aux inscriptions scolaires.  Nous avons opté pour nos anciennes amours et sommes revenus dans la région d’Ottawa pour nous installer à Gatineau (secteur Aylmer).  Grâce à notre bon copain (allias Bine) nous avons vite déniché la maison parfaite pour nous.  Un peu grande, mais il semble que les enfants, après autant de proximité, avaient besoin d’un peu d’air, donc tous ont maintenant leur propre chambre à coucher.   

 

Encore là, les choses se sont déroulées à la vitesse de l’éclair. Suivant la soumission de l’offre, nous prenions possession de la maison, 9 jours plus tard :  un record de vitesse de transaction dans le bureau Royal Lepage de Bine. Puis René quitte pour Québec pour aller rapatrier et chercher nos meubles et effets chez Vincent. En une journée (un dimanche), les déménageurs ont chargé les meubles, fait la route vers Ottawa et déchargé en fin de PM.  Ne restait plus qu’à défaire les boîtes, chose qui s’est faite progressivement, mais  assez rapidement grâce à l’aide des enfants. 

 

Venait ensuite la priorité des inscriptions scolaires, dossier qui m’avait rongé tout autant que la vente du bateau.  Encore là, je m’étais inquiétée inutilement:  tout fut réglé très facilement.  Antoine en 5e année à l’école du Vieux Verger à 4 minutes de marche de la maison et les trois grands (sec 1, 2 et 4) à l’école secondaire de Grande-Rivière à 12 minutes de marche de chez nous. 

 

La question qui tue… Est-ce que nous nous ennuyons du bateau et de notre vie de navigateurs? Jusqu’à maintenant non, nous étions tous mûrs pour tourner la page sur ces cinq merveilleuses années pour entreprendre un nouveau chapitre de vie. Les enfants sont débordés entre l’école et les activités sociales, presque trop même. Nous leur recommandions de choisir ‘UNE’ activité parascolaire,  afin de favoriser leur réinsertion sociale.  Nous ne nous attendions pas à autant d'engouement,  mais c’est leur choix, nous les respectons et ils en sont bien heureux.  Ils ont maintenant un programme si chargé que nous approchons dangereusement  notre vitesse de croisière d'antan, soit 200 miles à l'heure. Le rythme de vie un peu fou reprend son cours, une chance que nous ne travaillons pas encore... pas le temps!

 

Thomas a décroché un contrat de tonte de pelouse chez le voisin.  A l’école, après les classes, il s’est inscrit à deux activités ( Parkour et Ultimate Frisbee). 

 

Catherine s’est qualifiée dans le niveau argent lors d’auditions pour participer à des cours de chant avec l’école Tapis Rouge.  Elle fait du gardiennage et s’est inscrite dans le groupe de filles en forme de son école ainsi que dans la danse et le bénévolat. 

 

Nicolas, de son côté, est en concentration musique à son école et joue au badminton et volleyball après les classes.  Aussi, il s’est inscrit dans le corps des cadets de la marine à Hull.  Il a tellement aimé qu’il a réussi à recruter son frère Thomas et sa sœur Catherine.  

 

Antoine de son côté,  adore son école et son professeur, il est motivé comme dix à obtenir des notes parfaites partout.  Il est heureux comme tout de venir dîner à la maison chaque midi. Il s’est inscrit à un cours d’escrime avec son cousin Emile. 

 

Est-ce qu’ils ont du mal avec le niveau scolaire de leurs confrères-consœurs de classe me demanderez-vous?.... En fait non, pas du tout.  Même que parfois ils  se retiennent de répondre à trop de questions en classe, ils veulent rester sous le radar!    Ils se rendent compte qu’ils sont loin d’être en retard à cause du 'homeschooling'; au contraire ils en connaissent plus qu’ils se seraient imaginés. 

 

René continue de se chercher activement un emploi. L’option des forces armées semble prendre plus de temps que prévu, il tourne tranquillement son attention sur autre chose.  En attendant, il offre nos services de conférenciers un peu partout dans les clubs de voile, salons nautiques, écoles et autres.  Une chance qu’il ne travaille pas, il est débordé. 

 

Moi, je joue à la maman au foyer, tout en terminant de défaire les dernières boîtes et en organisant notre nouveau chez nous.  J’ai été sérieusement ralentie par un problème à l’épaule droite : des calcifications qui ont paralysé tout mouvement avec ce bras pour une grosse semaine. Heureusement, mon cas fut classé urgent à l’hôpital et le dépôt de calcaire fut fragmenté, me redonnant l’usage de mon articulation. Encore chanceuse que ce problème ne soit pas survenu en mer. Aucun médicament ne venait à bout de la douleur causée par l’inflammation,  je n’en dormais plus tant la douleur était intense.  L’infirmière de bord aurait été bien en peine devant ce problème! 

 

Bref, nous nous plaisons  énormément dans notre nouvelle vie et la réintégration s’est faite tout naturellement. Mis-à-part la recherche d’emploi qui ne débouche pas aussi rapidement que souhaité, tout le reste des pions sont tombés en place, comme si rien n’était. 

Ce récit marque la fin de l’aventure du Cat Mousses, ça me fait tout drôle d’écrire ceci,  mais il faut se rendre à l’évidence. Comme quoi toute bonne chose a une fin.  Je remercie encore notre cher Luc, notre ‘manager’, l’instigateur de notre site web, celui qui a œuvré dans l’ombre pendant toutes ces années pour nous faciliter la vie et trouver des solutions à tous nos petits soucis.  Merci à nos lecteurs et lectrices et tous ceux qui nous ont suivi de près ou de loin dans notre périple.  Un tel engouement était une grande source de motivation pour nous. 

 

Je m’attaquerai sous peu à la rédaction de mon livre ou récit d’aventures. Je vous tiendrai au courant des développements et échéanciers visés, via notre site web. 

 

Voici maintenant nos nouvelles coordonnées pour ceux que ça intéresse, si vous passez dans le coin vous êtes les bienvenus. 

 

592 rue du Caveau 

Gatineau, Qc 

J9J 2N7 

 

Tél maison : 819-557-1620 

Cell : 819-271-9036 

adresse de courriel:   catmousses@hotmail.com

Mardi 10 septembre , Des nouvelles de Cat Mousses

        


        
8 sept 2013
 
Des nouvelles de Cat Mousses
Récit 252- Plus que quelques miles
Je sais, plusieurs personnes me l'ont dit.... Certains d'entre vous attendez avidement la suite, soit le  retour à la vie de terrien.  
Patientez un peu... Nous avons été fort occupés (vous vous en doutez) mais je vous mijote un petit quelque chose.  En attendant, voici mon tout dernier récit, celui sur lequel je travaillais à la veille de notre arrivée à Québec.
Tadoussac nous aura permis de voir des baleines, loups marin et plusieurs bélugas (ils sont d'une telle blancheur sous le soleil). Le soir de notre arrivée nous décidons d'aller nous mouiller devant l'hôtel Tadoussac.  Quelle n'est pas notre surprise d'y découvrir le bateau Migo (un couple de Québécois) rencontrés à Panama, grâce à Mireille, il y a 4 ans.  Ils sont venus sur Cat Mousses pour un cocktail qui ne se termina pas avant 01h00 AM, et encore, nous en aurions eu pour la nuit à jaser si on ne s'étaient pas arrêtés. 
Après les classes du matin, vers midi, nous quittons en direction de 
Cap-à-l'Aigle où nous attendent Guy et Paule pour attraper nos amarres. Quel beau  moment nous avons passé.  Avec eux nous avions eu un souper BBQ de steaks tout juste avant notre départ et ils tenaient à répéter ce moment à notre retour.  Bon, la soirée n'a pas pu être aussi arrosée puisqu'ils travaillaient ce matin et devaient se taper  2 heures  de route pour retourner à la maison, mais ce fut une bouffe exceptionnelle.  Merci pour un merveilleux moment en bonne compagnie.
En ce moment nous naviguons vers l'Ile aux Grues où nous nous arrêterons au mouillage pour la nuit.  Une petite soirée tranquille en perspective avant de quitter demain matin pour un autre petit bond qui nous rapproche lentement mais sûrement de notre destination finale.
La veille de notre rentrée au bercail, nous nous arrêtons à la marina de Lévis afin d'être en place pour l'éclusage de 13h00 au Bassin Louise du Vieux Port. Il ne faut pas être en retard... avec les marées et tout, vaut mieux être prépositionnés.
Lors de cette petite escale, sensée être secrète,  nous recevons une visite surprise, Emie, la jeune équipière embarquée en Nouvelle-Zélande. Wow!  Quelle belle surprise, toujours aussi belle et enjouée chère Emie.  Nous ne sommes pas sitôt arrivés que Vincent, Gaby et Rose viennent nous rejoindre avec une remorque et des boîtes vides. A la minute qu'ils arrivent,  commencent le déchargement de Cat Mousses.  Les enfants n'ont qu'une idée, quitter Cat Mousses au plus vite pour devenir des terriens. Ensuite viennent souper Dominique (notre précieux technicien médical) et sa douce.  Comme quoi il n'est jamais trop tard pour bien faire! Tu  l'auras eu ta visite sur Cat Mousses cher Dominique, il était 'minuit moins une' comme on dit en bon français mais bon, on n'était pas rentrés officiellement.  Luc, Chantal et les filles étaient de la partie pour un bon souper de boeuf bourguignon très émouvant en bonne compagnie.
Et puis le JOUR J!  13 juillet 2013,  journée officielle de rentrée!  Wow! Comment vous décrire ce moment!  C'est le coeur serré que nous avons approché les portes des écluses. A mesure qu'on approchait on s'est mis à distinguer les visages des centaines et centaines de personnes massées le long des murs du Vieux Port.  Ouf!  Les émotions se sont mises à refouler.  Pour en rajouter toute ma parenté, venue en majorité de Jonquière, entonnaient  en choeur toutes sortes de chants d'amour.  Difficile de garder la tête froide, les larmes n'avaient plus de fin, c'es la vue brouillée de larmes que nous avons effectués toutes les manoeuvres finales.  Je n'en reviens toujours pas du nombre de personnes venues assister à notre arrivée.  Et de savoir toute la route que plusieurs ont dû se taper.  Assez remarquable!  Nous avons été extrêmement gâtés.  Nous avons été accueillis en grande pompe.  Tout ça pour nous... Nous avons encore peine à y croire.  Encore une fois Luc et Chantal (sa conjointe) avaient mis le paquet.  Ils ont travaillé comme des fous sur cet événement et tout avait été savamment planifié.  Les médias, les allocutions de toutes sortes, les surprises, les cadeaux.  Franchement, c'était grandiose.  Merci infiniment à tous nos parents et amis et tous ces fervents lecteurs qui nous ont suivi dans cette aventure.  C'est vraiment très inspirant de se savoir suivis et épaulés de la sorte.  Vous avez fait partie de notre aventure du début à la fin et ce fut pour nous un plaisir immense que de pouvoir partager avec vous cette aventure extraordinaire.   Sans vous notre périple n'aurait pas eu la même dimension.  MERCI!!  
Pour ceux que ça pourrait intéresser,  je vous reviens sous peu avec un petit portrait de l'aventure que furent les premières semaines suivant notre arrivée.  Notre retour à la vie de terrien!

 

Mardi 09 juillet , En navigation vers Tadoussac


04 juillet 2013
 

 

En navigation pour aller chercher notre Catherine 

 

Récit 251- Gaspé 

C'est un magnifique matin, il fait clair depuis 04h00 AM,  le soleil s'est levé vers 05h00, tel  une belle grosse boule rouge émergeant de l'eau. La mer est lisse comme un miroir, ça sent le bon sapin canadien, alors que nous longeons, à moins d'un mile, la côte gaspésienne. On sent des courants d'air chaud sur notre visage. Il y a les loups marins  qui,  curieux qu'ils sont, émergent la tête de l'eau tout autour, sur notre passage.  Il y a les oiseaux:  les Fous de Bassan et les macareux (genre de petits pingouins),  pour n'en nommer que deux sortes.  Il y a même une baleine à l'occasion, quand on observe bien. Bref, un moment délicieux dont je savoure chaque instant alors que tous dorment encore sur Cat Mousses.  Il me faudrait un bon café pour compléter ce portrait idyllique, mais ce breuvage m'est toujours aussi insipide :) 

 

Pour revenir en arrière, la navigation entre les Îles de la Madeleine et Gaspé s'était bien passée.  Marius, notre équipier, a éprouvé certains moments plus difficiles, mais il n'a été malade qu'une seule fois.  Malgré les inconforts  que lui  cause la mer, il reste positif et tient à continuer sa navigation.   

 

C'est le 2 juillet que nous avons atteint la baie de Gaspé, en passant d'abord par l'île  Bonaventure, puis le Rocher Percé.  Une beauté d'avoir la chance de voir de si près, et surtout gratuitement,  ces  merveilles de la nature.  

 

 

 

 

Nous avons choisi de nous arrêter ici dans le but de revoir notre équipière Julia, qui avait navigué avec nous entre la Thaïlande et l'Inde.  Ici aussi nous avons été reçus comme des rois.  Quelques heures à peine, suivant notre arrivée, nous donnions une présentation au club nautique de l'endroit à un public tout aussi intéressé que celui des Iles de la Madeleine.  S'en sont suivies, le lendemain, des entrevues radiophonique et télévisée avec Radio-Canada. 

 

 

 

Les parents de Julia nous ont reçus dans leur superbe maison le soir de notre arrivée et nous ont laissé leur voiture pour toute une journée afin que nous puissions aller nous promener dans le parc Forillon le lendemain. 

 

Dans le parc, nous nous sommes arrêtés à Fort Péninsule pour y visiter les installations militaires qui reconstituent la défense anti-sous-marine qui y siégeait à l'époque. Puis nous sommes montés tout en haut du point de vue du Mont St-Alban, le capitaine a trouvé l'eau si belle que déjà il était prêt à reprendre la mer. Pour finir,  nous sommes passés par Grande Grave pour y visiter le magasin général (Hyman) de l'époque, ainsi que le musée relatant le processus du séchage de la morue. Un bel après-midi ponctué des incontournables géo-caches et qui se termina par la visite de Julia sur Cat Mousses.  C'était agréable de l'avoir à nouveau parmi nous, assise à notre table.  Bref, une autre escale fort agréable quoique très brève puisque dès 23h00 ce soir-là, Cat Mousses largue les amarres pour reprendre sa route.  Ils annoncent un gros coup de vent mais il faut avancer pour aller rejoindre notre Catherine que son oncle nous ramène pour le 6 juillet.  Non pas qu'elle soit pressée de revenir, car elle vit actuellement un moment très spécial, mais on a commencé ensemble, nous terminerons donc tous ensemble.  Nous avançons à pas de tortue,  puisque nous sommes à contre-courant, mais  on y arrivera. 

 

 

Avec le vent qui ne cesse de forcir et nous qui ne cessons de ralentir, on décide de s'arrêter à Cloridorme en fin de PM qui s'avérera finalement une brève escale d'à peine 5 heures puisque nous reprenons la mer dès 22h00, une fois le vent tombé.  On navigue toute la nuit, puis au petit matin, à 06h00 AM, nous nous arrêtons à Rivière Madeleine. En théorie, nous aurions dû reprendre la mer la nuit venue, mais les vents qu'ils annonçaient.  Nous avons choisi d'attendre sagement sur place. 

 

Ce fut un arrêt rempli de surprises, d'abord notre rencontre avec Guy Lafleur (notre deuxième voisin de bateau).  Il est très généreux de son temps, se prêtant encore au jeu des autographes et photos avec le sourire, même après toutes ces années. C'est Marius qui était content, un vrai 'fan' de hockey!  

 

 

Puis, le lendemain, notre Catherine (encore toute épanouie et émerveillée de son concert One Direction) nous est revenue. Cette chère Anne, il n'y a rien à son épreuve, hein Hortense? Elle s'est tapée 20 heures de route sur deux jours pour conduire de Mtl jusqu'ici et nous ramener Catherine. Qu'il faisait bon se revoir, nous avons eu la chance de pouvoir nous jaser tranquillement, mais surtout de célébrer ensemble notre 5e anniversaire de navigation puisque c'est justement avec Anne et Pierre que nous avions débuté cette aventure en quittant ensemble le 6 juillet 2008. Aussi, nous avons eu la chance en PM, d'aller assister au frayage du saumon remontant le rivière Madeleine. Impressionnant comme spectacle.  Il parait que cette année s'annonce comme une année record, le saumon est très nombreux et ils s'attendent de voir remonter 2000 saumons, si la tendance se maintient. 

 

 

 

Aujourd'hui dimanche soir, nous avons repris la mer avant que le soleil se couche et nous dirigeons vers Tadoussac.  Les vents se sont calmés et devraient même tourner pour que nous puissions faire de la voile un peu à partir de demain matin.  Ceci nous permettrait d'atteindre Tadoussac d'ici 2 jours. 

 

Plus que 5 jours... Je ne sais plus si je devrais être triste ou heureuse, trop de sentiments. 

 

Jeudi  04 juillet , En navigation vers Gaspé


01 juillet 2013

 

En navigation vers Gaspé 

 

Récit 250- Les îles de la Madeleine 

 

Le lendemain de notre arrivée aux îles,  le dossier du permis de conduire était déjà réglé.   Avec ma chance habituelle, je craignais, après toutes ces années, qu'ils aient la brillante idée de nous demander de refaire le cours de conduite et l'examen... Mais non, ce fut très simple. 

 

Samedi soir, Suzanne et Napoléon nous invitent à souper. Comme leur chef-cuisinier habitent chez eux, inutile de dire que c'était écoeurant... comme on dit en bon québécois.  

 

Dimanche soir le 23, nous arrivaient Claire, Philippe et leurs 4 enfants ainsi que Marius, l'ami de Thomas.  C'était beau de les voir ensemble après toutes ces années.  Comme il ne fallait pas manquer l'événement de la St-Jean,  ce soir-là, les adultes sont allés fêter à Fatima, devant un énorme ÉNORME feu.  Les garçons ont préféré retourner au bateau, Catherine a gardé les enfants de Claire et Philippe au chalet qu'ils avaient loué pour la semaine.  

 

 

 



 

Le lundi matin, dès 04h30 AM,  René et Nicolas sont partis avec un pêcheur local,  notre voisin de bateau à l'Etang du Nord, pour aller nous pêcher du homard.  Ils sont revenus avec le souper:  une caisse de homards. Quelle chance et quelle  belle expérience.  Ils en ont appris des choses! En PM on a fait un peu de plage, puis on s'est fait une bouffe d'enfer de homard ce soir-là.  



 

Le reste de la semaine a été super relax.  Les médias ont commencé à nous approcher, nous avons donc accordé une entrevue à l'émission radiophonique Mouettes et  Café des Îles.  Puis, une autre  entrevue téléphonique avec la radio de l'Outaouais.  Aussi, nous avons donné une présentation d'environ 1h30, le jeudi soir, dans le cadre d'un 5 à 7 au Café de la Côte, le resto de Suzanne et Napoléon. Les enfants étaient loin d'être enchantés de l'idée,  mais ils ont été super bons.  C'était une belle façon de casser la glace, devant un public hyper relax, et surtout des gens de la mer.

 

 



 

Aussi, nous avons fait plusieurs visites au cours de la semaine.  Le temps, malgré qu'il fut assez frisquet, était quand même superbe.  Nous avons donc visité le fumoir des Îles (hareng, pétoncles, saumon et autre).  Délicieux! Aussi nous avons visité la fromagerie 'Pied de Vent', la micro-brasserie 'A l'abri de la tempête' et  la cidrerie le Poméloi.   



 

On a visité le Site d'Autrefois,  un village miniature où un raconteur (ancien pêcheur) relate le naufrage qu'il a vécu. Quel récit humain et touchant.  Les grands comme les petits ont pris beaucoup de plaisir à visiter la reproduction miniature de différents villages.  Une belle activité familiale. On a aussi fait des géo-caches tout au long de la semaine. Le soir, on se faisait de bonnes bouffes, dont un souper entre adultes au Café de la Côte.  Wow!  Quelle bonne table!  Merci à nos ados qui ont gentiment accepté de garder. Ils sont super cool et ont pas mal le tour avec les petits. Toute une équipe!

 



 

Le 28, on passe la journée à Grande Entrée et on se fait un pique-nique aux donairs.  Une nouveauté pour plusieurs.  Le dernier jour, on l'a promis aux enfants, on 'chill' à la maison. C'est que la veille était la dernière journée de la saison de pêche au homard, on a acheté 30 homards qui ont nagé dans leur vivier, notre sac de pêche, sous le  bateau, jusqu'à ce qu'on soit prêts pour l'opération cannage  des pots Mason. Ce fut donc une journée  pyjama pour les jeunes à relaxer au chalet  en écoutant  des films. Ils espéraient  juste qu'on ne trouverait pas encore une idée de génie pour aller visiter quelques chose et qu'on les laisserait 'chiller' à la maison.... Promesse que nous avons tenue. 

 



 

Le dimanche matin,  nous quittent déjà Claire, Philippe, leur petite famille ainsi que notre Catherine (heureuse comme une reine de partir avec sa marraine pour aller assister au 'show' de ses idoles 'One Direction').  Ce fut une semaine de vacances super relax et reposante. On s'est bien amusés.  Merci pour votre belle visite et bon retour dans votre nouvelle maison.  De notre côté, nous avons profité de la journée pour faire un peu de maintenance et le soir nous avons été invités pour une paëlla pour fêter l'anniversaire  de Napoléon.  C'est avec un petit pincement au coeur que nous avons quitté les Îles le 1 juillet au matin, mais il fallait bien s'y résoudre.  Mille mercis à Napoléon et Suzanne et à tous les Madelinots pour cet accueil dans notre belle province. Ce séjour restera gravé dans nos mémoires.  

 

 Plus à suivre dans mon prochain récit sur Gaspé, voyons comment réagira Marius à la mer...